SPA SUMMER CLASSIC : Le reportage et les résultats

Les 15, 16 & 17 juin 2012

Textes : Hélène et Gérard Delprat – Photos : Hélène Delprat et Régis Prévost

 

Essais chrono :

Temps frais et hésitant en ce vendredi 15 juin sur le toboggan ardennais. Pas de briefing en salle et pas de pré-grille mais l’assistance des commissaires de stands et la bonne volonté de chacun permettront un départ pour la piste en bon ordre…et sur le sec, la pluie nous dispensant, pour cette fois, de sa présence.

Première constatation, les temps des Formules Ford et ceux des F3 1000cc sont très proches et l’avantage va plutôt aux F.Ford qui occupent 10 des 15 meilleurs temps.

Deuxième constatation, on retrouve les habitués des avant postes :

Pour les B, meilleur temps en 2:49.529 pour Alain Girardet (qui a l’avantage d’avoir fait des essais libres et les qualifs avec les Kent) suivi de près par son compère suisse Pierre-Alain Lombardi, le palois Laurent Courregelongue qui ne regrette pas d’avoir fait ce lointain déplacement et les Van Diemen de Xavier Michel et Michel Ghio.

Pour les A, meilleur temps en 2:52.955 pour Paul Mc Morran suivi de Serge Brison (première course avec nous en 2012 mais régional de l’étape), de Thierry Gallo, de Régis Prévost (Mc Namara  réparée après ses malheurs de Pau) et Joao Paolo Campos Costa venu jusqu’en Belgique de son très lointain Portugal.

Le débriefing de ses essais chrono se fera dans la convivialité et la bonne humeur autour de l’apéro préparé avec l’efficacité légendaire du Cantounat Team et dans les stands, à l’abri de la fraicheur et de l’humidité ambiante.

 

Course 1 :

Pour ceux qui l’avaient oublié, Spa est une ville d’eau et ce samedi matin est là pour nous le rappeler. La pluie est présente dès l’aube et elle ne cessera pas, les averses succédant au crachin et inversement.

C’est donc sous la pluie et un ciel menaçant que les voitures s’installent sur la grille. Vu le nombre de voitures (49 au total), c’est un peu la pagaille et si chacun est à sa place sur les quinze premières lignes, ce n’est pas forcément le cas pour les autres.

Feu vert pour un départ lancé sur piste détrempée : tout se passe à peu près bien au premier virage (saut un léger accrochage pour Line Piguet qui devra abandonner au bout de 2 tours) et puis c’est la plongée dans le brouillard d’eau soulevé par les voitures. En dehors des tous premiers, c’est vision nulle dans la grande ligne droite qui monte vers les Combes et nombreux seront ceux qui lèveront légèrement le pied en essayant de distinguer les voitures proches, les panneaux de freinage et surtout une éventuelle voiture en travers. Finalement çà passe mais avec un tête à queue pour Michel Renavand (sans dégât) à la sortie des Combes.

La hiérarchie des essais est respectée : Alain Girardet passe en tête au premier tour avec Pierre-Alain Lombardi dans ses roues, suivi de Laurent Courregelongue et Xavier Michel. Idem pour les A, Paul Mc Morran devançant Régis Prévost, Thierry Gallo et Serge Brison. Celui-ci ne bouclera pas son 2ème tour, un excès d’optimisme lui étant fatal à la sortie de Bruxelles (un comble pour un belge). Il ne sera pas le seul à s’essayer au tout terrain en monoplace car la piste glissante ne pardonne aucune erreur et au fil des tours les voitures dans le gazon et/ou les rails sont de plus en plus nombreuses. La décoration de carrosserie herbe/boue est très tendance mais heureusement il n’y aura aucun choc violent.

A la fin du 2ème tour, Alain Girardet a du céder sa première place à son compatriote P.A. Lombardi, Xavier Michel prenant la 3ème place au tour 5. Ce sera l’ordre du podium des B, Laurent Courregelongue conservant sa 4ème place de la catégorie devant Didier Mantz.

Pour la catégorie A, Régis Prévost s’empare de la première place au tour 2, au dépend de Paul Mc Morran mais ne la gardera qu’un tour s’arrêtant en panne d’allumage au milieu de la chicane avant les stands. Sa Mc Namara est comme son pilote, allergique à l’eau. Au final, Paul récupérera sa première place et terminera devant Thierry Gallo (longtemps dans ses roues), Dave Lowe, Joao Paolo Campos Costa restant au pied du podium et devançant Yves Le Roy qui partage sa voiture avec son fils (il a pris la course 1 avec la pluie espérant que le soleil sera revenu pour la course 2).

Six voitures ne verront pas le drapeau à damiers : outre celles de Brison, Piguet et Prévost déjà citées, il s’agit de Guegan (accrochage), Plaisant et Summerville. Mais toutes devraient pouvoir être alignées pour la deuxième course prévue le dimanche matin.

 

Course 2 :

Le soleil est de retour, l’adhérence aussi et le départ lancé de la deuxième course se passe sans problème pour tous à l’exception de Serge Brison dont les problèmes mécaniques n’ont pu être résolus.

Quels que soient le temps et la qualité de la piste, on retrouve aux commandes les deux pilotes suisses, Pierre-Alain Lombardi et Alain Girardet, dans cet ordre au 1er tour, dans l’ordre inversé le tour suivant et de nouveau dans le même du 3eme au dernier tour avec un écart de moins d’une seconde entre les deux voitures sur la ligne d’arrivée. Didier Mantz vient compléter le podium de la catégorie B devant Laurent Courregelongue qui termine 4ème …à moins d’un dixième de seconde (dur, dur) et Xavier Michel.

En catégorie A, Régis Prévost, parti (ou plutôt catapulté) du fond de la grille était en train de remonter avec un podium en ligne de mire lorsque son chat noir qui ne le quitte plus depuis Pau le contraint à l’abandon 3 tours avant l’arrivée, en panne… d’allumage juste devant les stands. Thierry Gallo auteur d’une très belle course termine premier des A et 3ème au scratch. On retrouve Paul Mc Morran sur la deuxième marche du podium et Dave Lowe sur la troisième, devançant Joao Campos Paolo Costa et Jean-Jacques Cantounat qui remet les pendules à l’heure avec son fils qui avait osé le devancer à la première course.

Dans les belles remontées, on peut citer Line Piguet et Michel Guégan partis en fond de grille et terminant 28ème et 31ème scratch sur un circuit qu’ils découvraient. Dans la catégorie des malchanceux, Michel Ghio, 9ème au tour 5, a du lentement rétrograder jusqu’à la 21ème place suite à des ennuis mécaniques.

 

Côté paddocks :

Malgré la météo, l’ambiance fut excellente grâce aux stands F1 qui nous ont bien abrité, à l’apéro convivial du Cantounat Team, au déjeuner à la Pits Brasserie le samedi et à la bonne humeur de tous.

Rendez-vous à Alcarras début juillet où pluie et bière devraient être remplacées par soleil et sangria.

 

Les RESULTATS :

Pour les pilotes ainsi que les amateurs de statistiques détaillées, les Résultats du meeting sont disponibles en cliquant ICI !

Pas de commentaire à "SPA SUMMER CLASSIC : Le reportage et les résultats"


    Quelque chose à dire?

    balises html acceptées