Grand Prix de Pau Historique 2019 : Le Compte rendu, les Photos et les Résultats


Textes de Jacques Furet – Photos de Guy Pawlak et Michel Naquet

 

Le COMPTE RENDU

 

Alain Girardet en solo

Si le Challenge Formula Ford Historic s’était autorisé une petite entorse à ses habitudes au printemps dernier en occultant le Grand Prix de Pau Historique de son calendrier, une telle absence ne pouvait s‘imaginer deux ans de suite ! En ce week-end de mai, le public palois allait donc retrouver dans ses rues le meilleur de la Formule Ford historique, avec d’excellentes raisons pour venir encourager ses 36 pilotes.

Un effectif record, exactement en phase avec la participation précédemment relevée à Lédenon et à Dijon, qui font actuellement du Challenge Formula Ford Historic le plateau de monoplaces le mieux garni de l’hexagone.

 

Qualifs : La précision suisse

Samedi, c’est à la Formula Ford Historic que revient le privilège d’ouvrir des débats du Grand Prix, en qualifications comme en course. Dans le premier cas, c’est une piste détrempée qui attend les pilotes pour l’habituelle séquence de chasse aux chronos.

François Belle (Lola T540 E) tente vaillamment d’y donner le ton en début de séance, mais Alain Girardet (Crosslé 25 F) n’est pas d’humeur à l’accepter sans réagir. Sur ce circuit qu’il affectionne plus que n’importe quel autre, le suisse se fait rapidement irrésistible et atteint la mi-séance avec une colossale avance de 2’’4 sur l’Anglais Clive Richards (Merlyn Mk20).

Dans les cinq dernières minutes, c’est au tour de François Belle de revenir dans le match et d’animer la confrontation décisive avec le leader. Le pilote de l’Equipe Palmyr parvient à réduire sérieusement l’écart lors de sa dernière tentative, mais il en manque encore pas mal : en conservant une seconde pleine de marge, maître Girardet n’avait pas vraiment à craindre pour sa pole !

Intercalé entre eux un court instant, le pilote suisse Christian Vaglio-Giors (Lola T540 E) se contente finalement du troisième temps avec une belle avance sur son compatriote Jean Dionisotti (Van Diemen RF79) et le Monégasque Marc Faggionato (Van Diemen RF81).

Redescendu au sixième rang, Clive Richard n’en conserve pas moins le chrono de référence de la classe A, où Pierre-Alain Lombardi (Brabham BT18) et l’Anglais Brian Morris (Lola T200) sont pour l’instant les seuls à tenir son rythme.

Pour l’anecdote, comme à Monaco le même week-end il y aura bien un Hamilton sur la grille de départ, mais prénommé Adrian celui-là !

 

Course 1 : Faggionato premier des battus 

En fin de journée, les trajectoires ont déjà bien séché quand le peloton s’élance vers le premier freinage du virage de la gare. La situation s’envenime rapidement et, sans attendre, une première sortie de piste vers le parc Beaumont ramène tout le monde derrière la voiture de sécurité.

La course vite relancée, Alain Girardet confirme son rôle de meneur devant Marc Faggionato, Christian Vaglio-Giors et Clive Richards, mais pas pour longtemps. Cette fois, c’est à l’épingle du lycée que le blocage est constaté avec Nicky Gibson (Crosslé 32 F) dans le rôle du fautif.

Après un nouveau « restart », la course semble enfin pouvoir se poursuivre sans intermèdes. Solide leader, Alain Girardet contrôle parfaitement Marc Faggionato, Jean Dionisotti et Clive Richard, tandis que François Belle, mal parti, et Pierre-Alain Lombardi s’expliquent un peu plus loin.

Manque de chance, c’est au tour du dernier cité de partir à la faute au niveau de la statue Foch et de provoquer une énième interruption de course à deux tours de l’arrivée prévue. On n’ira pas plus loin : le drapeau rouge est sorti et le classement entériné sur les positions de l’avant dernier passage.

Un peu frustrés de n’avoir pu s’expliquer jusqu’au bout, Alain Girardet, Marc Faggionato et Jean Dionisotti rejoignent le podium, tandis que le malheureux Lombardi se voit signifier sa disqualification pour avoir écourté la course bien malgré lui. Dura lex sed lex, mais le règlement est le règlement !

Quatrième, Clive Richards termine devant François Belle, Christian Vaglio-Giors et son dauphin de la classe A, Brian Morris. Une catégorie, dont Brice Cordero (Vaney FF71) complète le tiercé gagnant en ayant pris un mince avantage sur Greg Thornton (Titan Mk3/4), parallèlement engagé en Formule Junior et Régis Prévost (McNamara FCA Mk3).

La satisfaction est également de mise pour Eric Lasserre (Van Diemen RF78/79), Eric Lukes (Van Diemen RF81) et Bernard Richard (Crosslé 30 F), tous trois auteurs d’un respectable top 10.

 

Course 2 : Belle ne lâche rien

A Pau, dimanche est un autre jour. A l’heure de la course dominicale, la météo se fait clémente et les évènements chaotiques de la veille vont laisser la place à une course autrement plus limpide.

Bien décidé à en rester le patron, Alain Girardet s’échappe dès les premiers tours sans laisser le moindre espoir à ses poursuivants immédiats, Marc Faggionato et Clive Richards. A mi-course, ces deux-là accusent déjà une dizaine de secondes de retard sur la Crosslé », tandis que François Belle, Christian Vaglio-Giors et Bernard Richard emmènent la suite du peloton.

Dès lors, plus rien ne viendra entacher la démonstration du pilote suisse et c’est François Belle qui se chargera de pimenter la fin de course en remontant brillamment à la deuxième place.

Distancés par celui-ci, Marc Faggionato et Clive Richards terminent néanmoins avec une belle avance sur Christian Vaglio-Giors, Bernard Richard et Jean Dionisotti, groupés sous le drapeau à damier. A nouveau « dans les dix », Eric Lasserre suit devant Brian Morris et l’Irlandais Ian Mc Culla (Crosslé 41F), déjà vu cette année à Lédenon.

Côté classe A, Greg Thornton rejoint Clive Richards et Brian Morris sur un podium 100% britannique, alors que suivent au classement Arnaud Besnier (Lotus 59F), Régis Prévost (Mc Namara FCA Mk3) et Didier Mantz (Jomo JMR7), ces derniers se partageant les deux premières places au classement général de la catégorie (Trophée Avon Tyres).

Le Challenge va maintenant prendre la direction d’Albi pour y retrouver la sympathique ambiance du circuit du Séquestre. Un autre rendez-vous très attendu…

 

Les PHOTOS

Ambiance, paddock, pré-grille, pit-lane (Guy Pawlak)

Ambiance, paddock, pré-grille, pit-lane (Michel Naquet)

Essais et courses (Guy Pawlak)

Essais et courses (Michel Naquet)

Podiums (Guy Pawlak)

Podiums (Michel Naquet)

Les RESULTATS

Bandeau sodipneu largeMotul

Pour tout savoir sur les résultats de cette manche paloise du Challenge 2019, cliquez ICI

No Replies to "Grand Prix de Pau Historique 2019 : Le Compte rendu, les Photos et les Résultats"


    Got something to say?

    Some html is OK